Ensemble, au coeur du commun combat

Garder en mémoire ceux qui vivaient sous la francisque ou la croix gammée. Ce n'est pas un temps révolu car d'autres, aujourd'hui, ont la nostalgie de ce temps-là. C'est le moment de relire le magnifique poème de Louis Aragon "la rose et le réséda" : <<au coeur du commun combat, celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas>>... On peut aussi dire <<celui qui penchait à droite, celui qui n'y penchait pas>>... ou alors <<celui qui penchait à gauche, celui qui n'y penchait pas>>.